Le comité régional de l’inclusion dans l’emploi (CRIE) Hauts-de-France

| Publié le 28 mars 2022

  • Envoyer a un ami
  • facebook twitter
Le CRIE est un lieu d’échanges et de définition d’une stratégie collective pour renforcer les politiques régionales d'inclusion (Insertion par l'activité économique (IAE), insertion des personnes en situation de handicap...).
 
Quelques chiffres (Hauts-de-France)
  • 1er taux de chômage de France métropolitaine : 10,4 % contre 8,2 % au national ;
    Dont 15,7 % de jeunes ;
    Dont 8,5% de travailleurs handicapés ;
  • 460 Structures de l’IAE conventionnées et 82 entreprises adaptées ;
  • 35 000 à 40 000 salariés par an dans les SIAE (12 500 ETP conventionnés par l’État = 184 millions €).

Une vidéo de présentation

(Cliquez sur l’image)

https://vimeo.com/agencevev/review/663386465/16d971e4b9

La gouvernance du CRIE

Composition
Le CRIE, présidé et animé par le préfet de région avec l’appui des services déconcentrés, constitue le lieu d’animation stratégique et budgétaire des politiques d’inclusion sur le territoire. Il associe en partenariat le Conseil régional, les Conseils départementaux, les réseaux de l’insertion et du handicap, le SPE, les OPCO , les GEIQ.

"Ce travail partenarial est d’autant plus nécessaire dans le contexte économique et social actuel. Les structures ont fortement été impactées par la crise de la Covid-19. Pour les accompagner, la Direccte Hauts-de-France a déployé plusieurs dispositifs spécifiques (« FDI de soutien », FDI axe 2, FATEA) pour venir en aide aux structures les plus fragilisées et les accompagner la transformation et le développement des structures." (Michel Lalande, préfet du Nord, préfet de région Hauts-de-France le 19 janvier 2021)

Rôle et mission

  • Le comité anime les politiques d’inclusion dans l’emploi dans un esprit de co-construction, élabore et partage les données de pilotage, fixe des orientations et priorités, veille à l’articulation avec l’ensemble des politiques régionales portées par l’Etat et la région notamment (Pactes d’investissement dans les compétences, politiques de développement économique et de soutien aux investissement, politiques de transition écologique, politique de revitalisation…) ;
  • Il organise un dialogue étroit avec l’ensemble des acteurs du territoire et notamment les partenaires économiques et sociaux, les représentants de Territoires Zéro Chômeur de Longue Durée, du SPE, des collectivités, des acteurs de l’ESS... ;
  • Il veille à la visibilité des politiques d’inclusion afin d’en favoriser l’appropriation par les acteurs et les habitants du territoire ;
  • Le comité veille à la bonne mise en œuvre des politiques d’inclusion, valorise les bonnes pratiques et accompagne les acteurs en cas de difficultés rencontrées à l’échelon territorial (conventionnement…) ;
  • Il est en charge du suivi de la mise en œuvre du Pacte d’ambition pour l’IAE, en lien étroit avec la DGEFP, et le Conseil de l’Inclusion dans l’Emploi.

Les instances du CRIE

  • Le comité d’orientation (État, réseaux) partage le diagnostic, recueille les attentes et recommandations des SIAE et des entreprises adaptées, définit les enjeux, articule les interventions des acteurs, présente au CRIE les orientations de la feuille de route, analyse les bilans. Il arrête également le plan d’actions de l’Inter-Réseaux IAE financé par l’État ;
  • La commission des financements (État, conseil régional, conseils départementaux) suit les financements pour accompagner le développement du secteur en Hauts-de-France ;
  • La commission « stratégie pauvreté » (DREETS, commissaire à la lutte contre la pauvreté, DDETS, conseils départementaux, réseaux de l’IAE, service public de l’emploi) articule les financements de l’État et des conseils départementaux dans le cadre de la contractualisation « stratégie pauvreté » et suit le déploiement des expérimentations (convergence, premières heures en chantier, TAPAJ, Défi insertion, SEVE et territoires zéro chômeur de longue durée) ;
  • La commission handicap (État, réseaux des entreprises adaptées, Agefiph, service public de l’emploi) suit la mise en œuvre de la réforme des entreprises adaptées.

Le PACTE IAE : 5 engagements et 30 mesures

Le Pacte IAE porte l’ambition de faire plus et mieux pour atteindre l’objectif de 240 000 personnes accompagnées dans l’IAE en 2022 et détaille une feuille de route articulée autour de 5 engagements :

  • Accompagner chaque personne selon ses besoins ;
  • Innover et libérer le potentiel de création d’emplois des entreprises sociales inclusives ;
  • Rallier toutes les entreprises et tous les acteurs publics à la cause de l’inclusion ;
  • Agir ensemble sur tous les territoires ;
  • Simplifier, digitaliser et co-construire en confiance.

Le Plan stratégique des politiques inclusives en Hauts-de-France 2021-2023

Le CRIE du 9 février 2022 a été consacré au plan stratégique des politiques inclusives en Hauts-de-France proposé par les acteurs de l’insertion (État, conseil régional, conseil départementaux, service public de l’emploi, réseaux de l’IAE et du handicap) pour accompagner les mutations et la croissance des secteurs de l’IAE et des entreprises adaptées :

a) Le développement des initiatives économiques et sociales
Dans le cadre du CRIE, des travaux sont engagés sur les filières économiques du plan de relance de l’État et en tension de recrutement : filière du grand âge, du bâtiment, de la transition écologique (notamment de la mobilité solidaire), de la restauration et de l’hôtellerie. L’État et les branches professionnelles élaborent des plans d’actions pour acculturer et mobiliser les SIAE sur les filières d’avenir. Une expérimentation est prévue dans le bassin minier pour accompagner les SIAE sur les métiers de la restauration et de l’hôtellerie.

En 2022, la croissance des secteurs de l’IAE et des entreprises adaptées sera suivie, en lien avec les créations d’emplois financées par le FDI et le FATEA (objectif de création de 3 000 postes suite au FDI et FATEA 2021).

L’État et la fédération des entreprises d’insertion ambitionnent de signer une convention-cadre régionale visant à soutenir les projets de création d’ETTI et d’ouverture d’agences en Hauts-de-France. L’État proposera aux ETTI de s’engager sur des objectifs de croissance de leurs établissements, moyennant le respect de la règle de la triple-exclusivité (recruter exclusivement des personnes éligibles à un parcours d’insertion, exercer exclusivement une activité de travail temporaire, consacrer exclusivement les moyens humains et matériels à l’inclusion des personnes vulnérables).

b) Les clauses sociales
L’État mobilisera les institutions, les partenaires et les entreprises pour élaborer un diagnostic territorial du recours aux clauses sociales et définir une stratégie partagée de déploiement des clauses sociales.

c) L’accroissement des compétences
L’État a mandaté un cabinet de conseil pour évaluer la mise en œuvre du PIC IAE en Hauts-de-France et proposer un plan d’action régional. Les enjeux régionaux sont de renforcer le pilotage du PIC IAE et du PIC EA, de mieux articuler les dispositifs entre les acteurs (État, pôle emploi, conseil régional et conseils départementaux) en favorisant une dynamique partenariale, de rendre lisible ces dispositifs auprès des SIAE et de développer les formations qualifiantes et certifiantes en lien avec les besoins des territoires.

d) L’accompagnement global des publics
En 2022, l’État suivra le déploiement du service public de l’insertion et de l’emploi et les nouveaux dispositifs IAE (CDI inclusion pour les personnes de plus de 57 ans, contrat passerelle offrant trois mois renouvelables de mise à disposition d’un salarié en ACI ou EI auprès d’une entreprise classique). Une communauté de conseillers en insertion professionnelle sera créée et outillée sur les problématiques sociales rencontrées par leurs publics avec la mise en place d’un espace d’échanges entre professionnels.

e) Les expérimentations
L’État organisera des réunions spécifiques à l’IAE pour articuler les financements entre l’État et les conseils départementaux dans le cadre de la contractualisation « stratégie pauvreté » et suivre le déploiement des expérimentations.
L’expérimentation relative à l’insertion des personnes placées sous-main de justice sera poursuivie en accompagnant en amont les porteurs de projets de SIAE ou d’entreprise adaptée en milieu pénitentiaire.

En savoir plus :

Rubrique "Insertion par l’activité économique" du site du ministère en charge du Travail : https://travail-emploi.gouv.fr/emploi/insertion-activite-economique/https://travail-emploi.gouv.fr/empl...